A propos des "Pièces jointes"

Ces "Pièces jointes" sont un complément au blog 1914-1918 : une correspondance de guerre où sont publiées les lettres échangées pendant la Première guerre mondiale entre Jean Médard et les siens, en particulier avec sa mère, Mathilde. (Pour toutes les informations sur Jean Médard, se reporter au blog de base).
On trouvera ici un article sur tous les amis ou camarades morts dont Jean évoque le souvenir. Pour chacun :
- sa fiche de "Mort pour la France" avec sa transcription (en bleu) ; toutes ces fiches proviennent du site Mémoire des hommes ;
- tous les textes de la correspondance et des mémoires de Jean Médard le concernant (en italiques) ;
- dans la mesure du possible, une notice biographique (dans un encadré).
Merci d'avance à tous ceux qui pourraient me communiquer des informations me permettant d'étoffer certains articles. (Mon adresse est dans le blog de base, sous l'onglet A propos du blog.)
Les articles sont publiés dans l'ordre des décès, les morts les plus anciens se trouvent donc en bas de la liste. Pour faciliter d'éventuelles recherches, vous trouverez sous la rubrique "INDEX" une liste alphabétique, avec un lien vers chaque article.

NB - Cette liste des "Morts pour la France" évoqués par Jean Médard est en cours de constitution. N'y figurent pour le moment que ceux morts avant 1918 (ou dont le nom n'est mentionné qu'avant 1918 dans les textes de Jean). Les notices consacrées aux morts de 1917 sont en cours de mise en ligne.

samedi 27 juin 2015

Harald SYLVANDER (1887-1915)


SYLVANDER
Philippe, Harold*
2ème classe
58ème colonial Infanterie
Classe : 1908
Recrutement : Marseille
Mort pour la France le 8 mai 1915
à Seddul Bahr (Turquie)
Disparu au combat
Né le 29 décembre 1887
à Marseille (Bouches du Rhône)

 
* Le prénom qui figure dans les mémoires de Jean Médard est Harald. Cela est d’ailleurs confirmé par l’acte de naissance. 
 

Nous avons été hier voir la pauvre Mme [Marianne Bager épouse] Sylvander qui se révèle forte et courageuse. Tante Fanny [Busck] m’avait prié de ne pas m’appesantir sur sa douleur. Pauvre femme, pourtant ; elle ne peut se laisser aller devant son mari qui ne sait rien*. Il est bien naturel que les amis, ceux qui comprennent la laissent pleurer.
(Mathilde à son fils – 1er avril 1916)

* Monsieur Sylvander, à la fin de sa vie, perdait un peu la tête, comme le raconte Mathilde dans une lettre du 29 octobre 1916.
Source : Archives départementales des Bouches-du-Rhône en ligne
Source : Archives départementales des Bouches-du-Rhône en ligne


Harald Sylvander était le fils d’Adolphe Sylvander (1846-1916) et de Marianne Bager (1853-1919). Adolphe Sylvander était un riche négociant suédois installé à Marseille, ami de son compatriote l’armateur Axel Busck, oncle de Jean.

Source : Archives départementales des Bouches-du-Rhône en ligne

Dans ses mémoires, Jean Médard raconte en détail (mais sans donner le patronyme pour des raisons de discrétion) qu’Harald S. avait souhaité épouser sa sœur Suzanne et avait été devancé, le jour même où il venait faire sa demande, par son ami Hugo Ekelund, au grand dam de la tante Fanny Busck dont les préférences allaient à Harald qui avait une « grosse fortune » alors qu’« Hugo n’a pas d’argent ».
« Un an plus tard, Harald, Suédois, devait s’engager dans l’armée française et être tué. » conclut sobrement Jean. Et de fait, Harald « fils d’étranger » avait été exempté en 1909, comme l’indique sa fiche matricule.

C’est complètement par hasard, en rassemblant différents éléments en ma possession concernant Axel Busck et les siens, que m’est soudain apparu le lien possible entre Adolphe Sylvander, le vieil ami suédois d’Axel, mentionné plusieurs fois dans les lettres de Mathilde, et l’anonyme Harald S. dont Jean évoque le triste sort dans ses mémoires. Le site Mémoire des Hommes confirme que les deux ne font bien qu’une seule et même personne. 

HF (17/11/2016)