A propos des "Pièces jointes"

Ces "Pièces jointes" sont un complément au blog 1914-1918 : une correspondance de guerre où sont publiées les lettres échangées pendant la Première guerre mondiale entre Jean Médard et les siens, en particulier avec sa mère, Mathilde. (Pour toutes les informations sur Jean Médard, se reporter au blog de base).
On trouvera ici un article sur tous les amis ou camarades morts dont Jean évoque le souvenir. Pour chacun :
- sa fiche de "Mort pour la France" avec sa transcription (en bleu) ; toutes ces fiches proviennent du site Mémoire des hommes ;
- tous les textes de la correspondance et des mémoires de Jean Médard le concernant (en italiques) ;
- dans la mesure du possible, une notice biographique (dans un encadré).
Merci d'avance à tous ceux qui pourraient me communiquer des informations me permettant d'étoffer certains articles. (Mon adresse est dans le blog de base, sous l'onglet A propos du blog.)
Les articles sont publiés dans l'ordre des décès, les morts les plus anciens se trouvent donc en bas de la liste. Pour faciliter d'éventuelles recherches, vous trouverez sous la rubrique "INDEX" une liste alphabétique, avec un lien vers chaque article.

NB - Cette liste des "Morts pour la France" évoqués par Jean Médard est en cours de constitution. N'y figurent pour le moment que ceux morts avant 1918 (ou dont le nom n'est mentionné qu'avant 1918 dans les textes de Jean). Les notices consacrées aux morts de 1917 sont en cours de mise en ligne.

vendredi 26 juin 2015

Olivier AMPHOUX (1893-1914)


AMPHOUX
Olivier, Henri
Caporal
46ème régiment d’infanterie
Classe : 1913
Recrutement : Se 2ème bureau
Mort pour la France le 7 septembre 1914
à ? Vassincourt
Tué à l’ennemi
Né le 30 janvier 1893
à Lyon (Rhône)

 
Puis je trouve que la plupart des pasteurs sont trop en arrière, alors que les curés sont tués par centaines. Jusqu’ici je ne connais qu’un Weslyen tué ! Alfred Lacheret, je ne sais s’il est tué ou blessé. Je viens de voir tué, mais est-il pasteur. As-tu su la mort d’Olivier Amphoux ? Le connaissais-tu ?

(Albert Léo à Jean - 8 novembre 1914)  





 
Olivier Amphoux était le fils d’Ernest Amphoux (1854-1925), fabricant de soieries, et de Pauline Amphoux (née Amphoux et épouse Amphoux) (1859-1946). La famille de Pauline Amphoux est apparentée à la famille Monod.

Olivier Amphoux est mentionné par Maurice Barrès dans son ouvrage paru en 1917 Les diverses familles spirituelles de la France (chapitre 4, Les protestants). Il écrit : « Leur solution parfaite, je la trouve dans une lettre d'Olivier Amphoux, docteur en droit, étudiant en théologie protestante, qui, peu avant Vassincourt, où il tomba le 5 septembre 1914, écrivait : « L'heure de la grande bataille approche. Le général de division nous l'a déclaré lui-même ce matin, et ce sera la bataille décisive. On peut prier Dieu » non pas, ce qui serait allemand, pour telle armée plutôt que pour telle autre, mais pour la sauvegarde de la justice. »

A noter que c’est ce texte de Barrès, trouvé en ligne en faisant une recherche sur les Volontaires du Christ et sur Francis Monod (mentionné dans le même chapitre) qui m’a permis de découvrir que l’Olivier « Amproux » que j’avais longtemps classé dans les « introuvables » était en fait Olivier Amphoux.

HF (19/10/2016)
Source pour les informations généalogiques : Généanet, arbre en ligne de Philippe Bourelly.