A propos des "Pièces jointes"

Ces "Pièces jointes" sont un complément au blog 1914-1918 : une correspondance de guerre où sont publiées les lettres échangées pendant la Première guerre mondiale entre Jean Médard et les siens, en particulier avec sa mère, Mathilde. (Pour toutes les informations sur Jean Médard, se reporter au blog de base).
On trouvera ici un article sur tous les amis ou camarades morts dont Jean évoque le souvenir. Pour chacun :
- sa fiche de "Mort pour la France" avec sa transcription (en bleu) ; toutes ces fiches proviennent du site Mémoire des hommes ;
- tous les textes de la correspondance et des mémoires de Jean Médard le concernant (en italiques) ;
- dans la mesure du possible, une notice biographique (dans un encadré).
Merci d'avance à tous ceux qui pourraient me communiquer des informations me permettant d'étoffer certains articles. (Mon adresse est dans le blog de base, sous l'onglet A propos du blog.)
Les articles sont publiés dans l'ordre des décès, les morts les plus anciens se trouvent donc en bas de la liste. Pour faciliter d'éventuelles recherches, vous trouverez sous la rubrique "INDEX" une liste alphabétique, avec un lien vers chaque article.

NB - Cette liste des "Morts pour la France" évoqués par Jean Médard est en cours de constitution. N'y figurent pour le moment que ceux morts avant 1918 (ou dont le nom n'est mentionné qu'avant 1918 dans les textes de Jean). Les notices consacrées aux morts de 1917 sont en cours de mise en ligne.

vendredi 26 juin 2015

René CABROL (1894-1915)


CABROL
René, Etienne
2ème classe
96ème régiment d’infanterie
Classe : 1914
Recrutement : Montpellier
Mort pour la France le 21 janvier 1915
à Poperinghe (Belgique)
de blessures de guerre
Né le 4 mai 1894
à Mazamet (Tarn)



Excellent voyage. Jusqu’à Montpellier, lecture de la substantielle brochure de Bois, puis sommeil jusqu’à Tarascon. Là j’ai trouvé le ss-lieutenant Hervé Leenhardt* et les langues ont marché bon train jusqu’à Avignon. Il revenait de Montpellier et rentrait à Valence. Il m’a confirmé la mort de Cabrol, qui est un volontaire.

(Jean à sa mère - 14 février 1915)  


* Hervé Leenhardt était un cousin issu de germain de Jean. Tous les Leenhardt lui sont apparentés, sa grand-mère maternelle étant Caroline Leenhardt, petite-fille d’André-Chrétien, l’ancêtre de la branche française des Leenhardt.


   
            René Cabrol était le fils d’Emile Jean Cabrol et d’Eugénie Alexandrine Caune. Au moment de son incorporation, il était étudiant en lettres à Montpellier.
Source : registre matricule
            René Cabrol était membre des « Volontaires du Christ », mouvement de jeunes protestants fondé au début de 1914 et dont Jean faisait partie. C’est grâce à cette appartenance qu’il a été possible de l’identifier parmi les 156 Cabrol morts pour la France (il figurait jusqu’à présent dans la rubrique des « introuvables »).
            Son nom et son prénom se trouvent en effet dans une liste publiée dans le livre de Sidney Jézéquel, L’avant-dernier des protestants. Roger Jézéquel dit Roger Breuil.

 
Roger Jézéquel (1898-1948), dont le nom revient à plusieurs reprises dans la correspondance, était un ami de Jean, membre de la Fédé lycéenne et futur pasteur (et d’ailleurs aussi futur cousin de Jean, puisqu’il allait épouser en 1928 Inès Leenhardt, descendante à la fois des Leenhardt et des Médard).
            Dans le livre que Sidney Jézéquel consacre à son père, il écrit (pages 70-71) : « le congrès de Lyon – où Roger ne va pas, par manque d’argent – permet de faire le point sur le recrutement des volontaires. Francis Monod, le premier d’entre eux, et le neveu du grand Wilfred, présente à l’assemblée des deux cents congressistes, les dix-sept* premiers volontaires du Christ […] Jacques Babut, Beigbeder, G. Bois, H. [Henri] Bonnamaux, René Cabrol, Paul Conord, Charles Grauss, [André] Lasbats, P. [Pierre] Maury, [Jean] Médard, Francis Monod, Robert Pont, Paul de Robert, de Richemond et Vincent. Le dix-septième est une fille Marthe Gourhand. […] La plupart de ces volontaires, Roger les a rencontrés à Domino, et il est très proche de plusieurs d’entre eux, Médard, Conord, Grauss, Lasbats, Pont. […]. Quand Roger apprend ce qui s’est passé au congrés il est très impressionné et sa ferveur tourne à l’exaltation ‘’16 volontaires ! Vive Dieu ! J’en serai.’’ »
 
            René Cabrol a été nommé caporal à titre posthume. 
Source : registre matricule
 
HF (19/10/2016 et 11/12/2016) 
 
* NB : Il manque un jeune homme dans la liste. 
 
Merci à Alain Stocky qui m’a communiqué la fiche matricule nous apprenant ainsi que René Cabrol était étudiant en lettres, et nous donnant l’identité de ses parents.