A propos des "Pièces jointes"

Ces "Pièces jointes" sont un complément au blog 1914-1918 : une correspondance de guerre où sont publiées les lettres échangées pendant la Première guerre mondiale entre Jean Médard et les siens, en particulier avec sa mère, Mathilde. (Pour toutes les informations sur Jean Médard, se reporter au blog de base).
On trouvera ici un article sur tous les amis ou camarades morts dont Jean évoque le souvenir. Pour chacun :
- sa fiche de "Mort pour la France" avec sa transcription (en bleu) ; toutes ces fiches proviennent du site Mémoire des hommes ;
- tous les textes de la correspondance et des mémoires de Jean Médard le concernant (en italiques) ;
- dans la mesure du possible, une notice biographique (dans un encadré).
Merci d'avance à tous ceux qui pourraient me communiquer des informations me permettant d'étoffer certains articles. (Mon adresse est dans le blog de base, sous l'onglet A propos du blog.)
Les articles sont publiés dans l'ordre des décès, les morts les plus anciens se trouvent donc en bas de la liste. Pour faciliter d'éventuelles recherches, vous trouverez sous la rubrique "INDEX" une liste alphabétique, avec un lien vers chaque article.

NB - Cette liste des "Morts pour la France" évoqués par Jean Médard est en cours de constitution. N'y figurent pour le moment que ceux morts avant 1918 (ou dont le nom n'est mentionné qu'avant 1918 dans les textes de Jean). Les notices consacrées aux morts de 1917 sont en cours de mise en ligne.

vendredi 26 juin 2015

Jacques LOUX (1890-1914)



LOUX
Jacques Marcel Maurice
Sous-lieutenant
165ème régiment d’infanterie

Classe : 1907
Recrutement : Reims
Mort pour la France le 22 septembre 1914
à Abancourt (Meuse)
Tué à l’ennemi
Né le 2 juin 1890
à St-Antoine-du-Breuilh (Dordogne)

 
Mme Bergeron m’a répété ce qu’elle m’avait déjà dit sur la mort de Jacques Loux. As-tu su ce qu’il en était ? Une sentinelle lui a demandé le mot de passe. Il portait un ordre. A-t-il répondu trop faiblement. On n’a pas entendu sa réponse. On a fait feu et il est tombé. C’est atroce. C’est plus horrible que de l’avoir su tué par l’ennemi. C’est la guerre !! et il faut accepter. On a à peine le droit de pleurer.
(Mathilde à son fils - 19 mars 1916)

Tu me parles ds une dernière lettre de la mort de Jacques Loux. Oui, la famille sait très bien comment il a été tué. Ce sont des choses fatales. Il y a une forte proportion d’hommes tués par des balles et des obus français et dans certains cas il ne peut pas en être autrement. Ce qui compte ce n’est pas la nature de la balle ou de l’obus, et même les circonstances, mais les dispositions intérieures à faire du devoir à accomplir.
(Jean à sa mère - 28 mars 1916)


 
Jacques Loux était le frère aîné de Daniel Loux (1893-1971), ami de Jean et son condisciple à la faculté de théologie de Montauban puis de Paris. (Daniel Loux deviendra d’ailleurs plus tard le parrain de Marie (1921-2013), fille aînée de Jean Médard et d’Alice Herrmann.)

Jacques et Daniel Loux sont les fils du pasteur Elie Loux (1855- ?) et de son épouse Louise Juliette Grasset.
Jacques Loux est né le 2 juin 1890 en Dordogne, à Saint-Antoine-de-Breuilh. Son acte de naissance mentionne que son père est « pasteur de l’église réformée de Saint-Antoine ». Or plusieurs sources protestantes concordantes indiquent qu’Elie Loux était pasteur à Sedan (depuis 1881 ou 1882), et le baptême de Jacques semble d’ailleurs être noté dans le registre du temple de Sedan à la date du 7 juin 1890. Cette apparente anomalie pourrait s'expliquer par la pratique, dans le milieu protestant d’alors, des suffragances d’été (des pasteurs assurant les cultes sur leurs lieux de villégiature, en échange de l’hébergement à la maison paroissiale).
Entre 1904 et 1910, Elie Loux a été pasteur à Reims, d'où la mention, ailleurs dans la correspondance, que Daniel Loux a perdu, avec René Duntze et Édouard Gonin, deux amis d'enfance (voir leurs fiches).  

HF (27/06/2015 et 11/12/2016) 

Sources :
- Généanet, base Pasteurs de France, établie par Roland Gennerat pour les informations familiales (cette source indique une naissance et un baptême à Sedan).
- Archives départementales de la Dordogne en ligne : acte de naissance de Jacques Loux. (Merci à Alain Stocky qui a trouvé cet acte en décembre 2016, établissant sans conteste la naissance à Saint-Antoine-de-Breuilh et confirmant ainsi que la fiche matricule est bien celle de Jacques Loux, frère de Daniel Loux.)